Syndrome de Gougerot-Sjögren
Précédent Retour au menu principal  Suivant


Encore appelé syndrome sec, d’origine auto-immune et entraînant une sécheresse buccale et oculaire

Epidémiologie
9 femmes pour un homme
Le plus souvent entre 20 et 40 ans

Les formes
- primaire (isolé)
- secondaire (30%) : associée à une maladie rhumatismale auto-immune

Tableau clinique
- atteinte buccale (xérostomie): sécheresse avec retentissement sur la denture, candidoses pharyngées, stomatite, gingivite
- atteinte oculaire (xérophtalmie): rougeur, prurit, fatigue, photophobie, risque d’ulcérations cornéennes
- gonflement des glandes salivaires (parotide) dans 25% des cas isolés
- parfois : sécheresse oropharynx,trachée, peau; œsophagites et gastrites; dyspareunies fréquentes
- manifestations systémiques (extraglandulaires): arthralgies, myalgies, acrosyndrome (phénomène de Raynaud), adénopathies, acidose tubulaire, vascularite cutanée (purpura, ulcérations), manifestations neurologiques centrales, neuropathies périphériques axonales sensitives, pneumopathie interstitielle…
- évolution très chronique et lentement progressive
- peut précéder un lymphome (B de bas grade) avec gonflement parotidien persistant, purpura, leucopénie, cryoglobulinémie, taux bas de complément C4

Diagnostic
- auto-anticorps : anti-Ro/SS-A ou/et anti-La/SS-B
- test de Schirmer
- biopsie de glande salivaire

∆∆
- sida
- sarcoïdose
+ pour la sécheresse buccale : - infections virales, irradiations, traumatisme, diabète, dépression
- médicaments (atropiniques, antidépresseurs, antihypertenseurs à action centrale…)
+ pour la sécheresse oculaire :
- conjonctive chronique
- blépharite chronique
- syndrome de Stevens-Johnson
- causes toxiques (médicaments)
- causes neurologiques

Traitement
Symptomatique


Retour au début de la page