Déficit immunitaire : signes d’appel
Précédent Retour au menu principal  Suivant


I. Complications infectieuses : récidivantes ou chroniques
- téguments : dermohypodermites, abcès récidivants, zona, récidive de varicelle, infections herpétiques récidivantes, verrues vulgaires récidivantes
- respiratoires : sinusites, infections pulmonaires
- méningées : pneumocoque, Neisseria meningitidis, listeria, Cryptococcus neoformans
- urinaires
- digestives : salmonelloses, Giardia lamblia
- candidose récidivante

II. Affections néoplasiques
Lymphomes, maladie de Kaposi, cancer du col utérin, cancer anal (papillomavirus)

III. Lymphoproliférations non malignes
Rôle de l’EBV

IV. Maladies auto-immunes
- cytopénies auto-immunes : purpura thrombopénique, anémie hémolytique
- maladies granulomateuses de type sarcoïdose
- maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Bilan de départ
EHC
Electrophorèse des protéines
Glycémie à jeun
Sérologie VIH

Principales étiologies
I. Déficits primitifs :
Le plus fréquent chez l’adulte : déficit immunitaire commun variable
II. Déficits secondaires :
1) causes mécaniques : mucoviscidose, sténose des voies urinaires, rhinite et dermatite allergiques, brûlures, fuites de LCR
2) causes immunologiques
- pertes d'Ig : entéropathie exsudative, syndrome néphrotique
- traitements immunosuppresseurs : corticoïdes, chimiothérapie
- infection : VIH, malaria,…
- diabète sucré
- néoplasie
- malnutrition



Retour au début de la page